Toolbar
Hifi Test

2012

2 tests

lundi, 30 janvier 2012 00:00

Project Stream Box DS

La Project Stream Box est un lecteur réseau équipé d'un convertisseur Numérique vers Analogique (DAC) capable de décoder les différents formats audio jusqu'au 24/192.


Elle est équipée de 2 entrées USB, du Wi-Fi et d'une connexion RJ45 afin d'être reliée à un réseau informatique permettant entre autre d'extraire des données audio d'un ordinateur ou d'un NAS (disque dur réseau). Naturellement, comme tous les appareils de ce type, elle permet de "recevoir" toutes les radios Internet. Son prix est de 769 € ttc. Son principal concurrent est le lecteur réseau Marntz NA7004, plus polyvalent que cette "Box" qui ne possède aucune entrée numérique spdif.

A l'écoute suite aux différents articles lus sur le web, en particulier l'article Qobuz (ici), la déception fut réelle. En bref, ce produit ne m'a jamais fait ressentir l'émotion contenue dans la Musique. Les détails reproduits sont multiples, mais jamais ne fusionnent pour rendre le discours musical cohérent. La dynamique m'a semblé légérement tassée et l'image sonore manque de profondeur, est-ce du à un manque dans le bas grave ?

Par contre si vous associez ce produit à un bon DAC (convertisseur numérique vers analogique) alors il fournira le meilleur de lui même, c'est à dire, il vous offrira une navigation souple et agréable comme client DLNA, et exploitera avec grande qualité tous les fichiers stockés sur un NAS ou sur un ordinateur déporté.

Il ne reste pour Project qu'à nous créer un produit similaire sans convertisseur à un prix un peu plus modéré.

 

Le Système d'écoute :  

Amplificateur : Euphya Alliance 280 + alimentation
Source : Project Stream Box
Enceintes : Aurelia Magenta, Legacy Studio HD
Câble Numérique : Studio Connection Digital Reference+
Câble de modulation : Studio Connection Reference+
Câble Haut Parleur : Studio Connections Reference +
Câble secteur : Studio Connections Carbon Power
Filtre : Isotek Sirius

Notes :
Fabrication : 12/20
Image : 14/20
Timbres : 12/20
Dynamique : 13/20
Transparence : 12/20
Qualité/Prix : 12/20

 

 

Publié dans Electroniques
mercredi, 04 janvier 2012 00:00

Tannoy Turnberry SE

Ce test a été réalisé dans les locaux de Opus 51 dans la Marne. Les enceintes étaient mises en oeuvre dans une salle de 28 m² et d'un volume d'envrin 110 m3 taritée acoustiquement.

Musiques écoutées :  
 
  1. Bernard Lavilliers - Voyageur (Carnet de Bord - 2004)
  2. The Beatles : While my guitar gently weeps (EMI - 2009)
  3. J. Brel : Les Marquises (Universal - 2005)
  4. G. Mahler : Symphonie n° 2 - Haitink et le CSO  (CSO - 2011)

 

Les enceintes Tannoy de la gamme Prestige sont toutes équipées d'un Haut Parleur utilisant le système Dual Concentric ( pour simplifier, le tweeter est situé au "fond" du boomer), ce qui en théorie émule un système avec un seul point d'émission sonore afin de se retrouver avec un parfait respect de la phase acoustique. Les graves sont ici confiés à un haut parleur papier de 250 mm relayé en son centre par une petite chambre de compression "Tulipe" équipée d'un tweeter aliminium d'un diamètre de 33 mm qui intervient dès 1.300 Hz. Le rendement de cette enceinte "vintage" est de 94 dB et sa bande passante annoncée est de 34 Hz-25.000 Hz à + ou - 3 dB pour une coupure de filtre de premier ordre. Leur prix pubic est de 4.800 euros ttc la paire.

Je me dois de vous préciser que ces enceintes ont reçu de par la presse (Diapason d'Or 2012), de par différents blogs hifi (http://hifipig.com/tannoy-turnberry-se-loudspeakers/), de nombreux satisfaits d'où notre très grande interrogation à leur écoute. De nombreux tests ont été effectués durant de nombreuses heures, de très nombreux amplificateurs sont venus alimenter ces Turnberry SE (Struss R150, Marantz PM11s3, Onkyo A-1VL, Rogue Audio Cronus (EL34), Stormaudio Vertigo 55, ensemble préampli à lampes + bloc de puissance Hybride Lector...) et rien n'y a fait, l'écoute nous a semblé en dessous de tout. Les enceintes avaient à leur actif environ 350 heures de fonctionnement (musiques + CD re rodage Isotek).

Quelque soit la musique écoutées, Jazz, Rock ou Pop, la même sensation persiste, le son est feutré et de nombreuses informations manquent. Sur le long terme, si on ne fait qu'écouter, cela devient très fatigant, par contre si vous effectuez ces écoutes avec, à la main un bon bouquin, à un niveau sonore modéré, alors la musique se fait réellement oubliée et quelque soit le titre joué, vous ne remarquerez absolument rien... Confortable pour écouter tout et n'importe quoi...

L'écoute de Brel est ici très instructive, j'ai l'habitude de déguster cette magnifique chanson sur des systèmes Haute Fidélité d'une grande neutralité et d'une belle transparence, ici c'est tout l'inverse. La voix de l'artiste est certes reconnaissable (heureusement) mais rapidement le cerveau se pose de nombreuses questions, il manque quelque chose. Je n'avais jamais remarqué que Brel chantait "du nez" et que sa voix était donc légérement nasillarde. Ce n'est pas possible, sont ce les enceintes qui procure cette sensation désagréable ? Les mêmes problèmes se rencontrent à l'écoute de l'orchestre ici largement présent, les contrebasses de sonnent molles, les bois sonnent pincés... rien n'est jolie et surtout rien ne sonne vrai, déception !

Le "ponpon" c'est l'écoute de l'enregistrement de la deuxième symphonie de G. Mahler, le Chicago Symphony Orchestra n'a jamais sonné si fatigué... Les cuivvres habituellement rutillants sont mats et sans énergie, cela en devient pathétique. L'orchestre est, avec ces Tannoy, positionné loin très loin devant l'auditeur, alors qu'habituellement lors de l'écoute sur un système digne du terme Haute Fidélité, l'image sur cet enregistrement Haute Définition est somptueuse de vérité.

Plus j'écoutais ces enceintes, plus quelquechose dans le haut grave me dérangeait "grave" et, je crois avoir compris, j'entendais le haut parleur ou plutôt ses résonnances. Tous les instruments dans une gamme fréquence, au pif environ 120-180 Hz, avaient tendance à sonner "carton", cela en devenait très désagréable. Quelque soit les enregistrements écoutés par la suite, ce phénomène perdurait. Est-ce un manque de rodâge ? Aujourd'hui ces enceintes ont 350 heures de fonctionnement, nous reviendrons, si elles sont encore au magasin lorsqu'elles auront 500 heures pour valider ces résonnances, mais à franchement parler, une bonification du produit m'étonnerait beaucoup.

 

Le Système d'écoute :  
Amplificateur : Rogue Audio Tempest KT88 (2 x 45 w.) - AVM A5.2 (2 x 175 w.)
Lecteur de CD : Olive 4 HD
Câble de modulation : Real Cable Chevergny
Câble Haut Parleur : TelluriumQ Black (bi-câblage)
Câble secteur : Studio Connections Carbon Power
Filtre : Isotek Sirius
Notes :
Fabrication : 11/20
Image : 10/20
Timbres : 07/20
Dynamique : 07/20
Transparence : 08/20
Qualité/Prix : 08/20
Publié dans Enceintes

Catégories